17/01/2009

Choc! "Le Monde" dédaigne les écrivaines en cette rentrée

En découvrant la sélection des "livres incontournables" de la rentrée de janvier dans le Monde, j'ai été choquée: aucune femme ne figure dans cette liste. Pourquoi?

Un article de la blogueuse Wrath abondamment commenté ouvre le débat ici.

Autre chose qui me chagrine: la représentation des femmes lors d'un JT en France. Lisez plutôt cet article du Soir. Extrait :"Où sont les femmes ? En tout cas pas dans les journaux télévisés des chaînes françaises. Une étude INA Stat (Institut national de l’audiovisuel) qui vient de paraître montre que lorsqu’un intervenant est invité à s’exprimer dans le cadre d’un JT – hors anonymes –, dans 8 cas sur 10 en 2007, il s’agit d’un homme."

Dans quel monde vivons-nous? Devrons-nous pleurer pour que les journalistes "respectables" appliquent le système de la parité? Je commence à croire que les Scandinaves ont raison d'aller dans ce sens.

Commentaires

Quand je parcours le blog de Wrath (et d'autres), j'ai l'impression que se faire éditer relève du véritable chemin de croix : trouver un éditeur, attirer l'attention des médias sur le livre, créer un blog pour promouvoir le livre, attirer l'attention sur le blog etc. Je me demande quel est le pourcentage de leur temps que les auteurs consacrent à écrire et celui qu'ils passent à se faire éditer et à se faire lire.

Rimbaud, Proust, Nietzsche ne parvenaient pas à se faire publier, Pessoa n'a même pas essayé.

Chacun son chemin. Personnellement j'en emprunte un autre (mais je ne veux décourager personne) : écrire ce que j'ai envie d'écrire sans aucune concession, le montrer à quelques personnes de mon entourage (celles pour lesquelles nous écrivons disait Borges), ne pas passer mon temps à attirer mon attention sur moi (ce qui, vu ce que j'écris, serait d'ailleurs peine perdue - il y a cohérence entre le contenu et la démarche) et pour le reste vivre d'un job d'appoint (que beaucoup d'auteurs qui sont publiés ont aussi par ailleurs).

Ceci dit, je vous félicite pour vos efforts.

Écrit par : anonymousfocuser | 17/01/2009

Pour combien de personnes écrit-on ? Pour combien de personnes écrit-on ?

C'est amusant comme question. Comme un auteur peut-il déterminer à l'avance pour combien de lecteurs il va écrire ?

Se dit-il : "ça c'est compliqué, il n'y a que quelques personnes qui vont comprendre ?" ou "c'est dans le style de ce qui se vend bien donc je toucherai un large public ?".

Je comprends qu'un auteur puisse élaborer des prédictions de vente fiables pour le 300ème OSS117, mais qu'en est-il d'un livre qui est en soi unique ?

Ou, est-ce uniquement la publicité faite autour du livre qui assurera un large lectorat ? Pour parodier Leo Ferré, la littérature se vend-t-elle comme du savon à barbe ?

Pour combien de lecteurs Rimbaud a-t-il écrit Les Illuminations ?

Écrit par : anonymousfocuser | 18/01/2009

Les commentaires sont fermés.